Prise en charge

Accompagnement

qui sommes nous ? nous contacter

éditorial

Le département de Seine et Marne vient de confier à notre association pour 18 mois le suivi de 150 bénéficiaires du RSA en accompagnement psychologique, reconnaissant ainsi la spécialité de l’association dans ce domaine très spécifique. Les départements (Nord, Aisne, Pas-de-Calais, Seine et Marne) qui font appel à nos services apprécient le savoir-faire et le respect des objectifs qui nous sont assignés :

  • Apporter aux Services Insertion des Conseils Départementaux et à leurs référents un diagnostic professionnel sur la réalité des freins psychologiques aux engagements des bénéficiaires du RSA.
  • Orienter les bénéficiaires vers des solutions de droit commun si leur situation l’exige.
  • Permettre aux bénéficiaires de mettre des mots sur leurs maux et les faire progresser vers un meilleur équilibre.     

Notre association a par ailleurs réalisé dans l’Aisne, pour le compte du Département, un programme expérimental de retour à l’emploi de bénéficiaires du RSA inscrits à Pôle Emploi. Ce programme vient de s’achever avec succès pour des bénéficiaires âgés de 36 ans en moyenne.
Nous proposons le déploiement de ce programme sur les bases suivantes à plusieurs départements en Région Hauts de France et élargissons cette offre aux départements français qui attendent des solutions innovantes.
Ce programme s’inscrit dans la continuité de ce qui constitue le cœur de l’action de SAMPS, à savoir un accompagnement psychologique des personnes et dans ce cas, un accompagnement collectif sur le savoir-être et la confiance.
Les caractéristiques en sont les suivantes :
Un programme centré sur l’attitude plutôt que sur les compétences techniques, co-animé par un binôme psychologue-manager (l’écoute et le renforcement de l’estime de soi, alliés à l’exigence attendue par les recruteurs).
15 personnes par session, 12 jours, journée continue 8h30-17h30, amplitude maximale du programme sur 3 mois, respect des mercredis et des vacances scolaires (variantes possibles : 1 jour par semaine, 2 jours par semaine, 3 jours par semaine).

Pôle Emploi nous confie ses conseillers en Accompagnement Global

La procédure Accompagnement Global décidée en 2015 et mise en œuvre en 2016 dans les différents territoires suppose une collaboration étroite entre les conseillers de Pôle Emploi et les travailleurs sociaux des Conseils Départementaux qui accompagnent les bénéficiaires de minima sociaux. Deux approches différentes, celle de l’insertion professionnelle pour Pôle Emploi et celle de l’insertion sociale pour les Départements.

SAMPS se situe à l’interface entre ces deux approches et a apporté aux conseillers en Accompagnement Global de Pôle Emploi Région des hauts de France son savoir-faire en insertion sociale à travers une formation de deux jours par groupe. Comprendre ce qu’est une inclusion sociale, comment se comporter face à des usagers en difficulté sociale ont été les axes de cette formation. 146 collaborateurs Pôle Emploi sont maintenant formés à cette approche nouvelle qui facilite ainsi les échanges et la collaboration avec leurs interlocuteurs des départements.

SAMPS un observatoire de la souffrance psychique en région

Les travaux de chercheurs en science sociale permettent de restituer aux acteurs des politiques publiques, des informations sur la réalité de leurs territoires. SAMPS souhaite apporter dans ce domaine une contribution volontariste. Nous avons ainsi mené une enquête auprès de bénéficiaires du RSA dans l’Arrageois en utilisant le questionnaire SSQ6 de Sarason qui mesure le lien social perçu par le bénéficiaire sur deux dimensions : le degré de disponibilité de lien social et le degré de satisfaction qu’en a l’intéressé. Cette enquête menée entre septembre 2016 et décembre 2016 auprès de 172 personnes montre que :

  • La disponibilité déclarée est faible (18,1 sur un score maximal de 54).
  • La satisfaction est forte (30,6 sur un score maximal de 36).

Il semble donc que ce public de bénéficiaires du RSA n’ait que peu de soutiens dans leur entourage, mais en sont satisfaits. L’acte de solidarité serait-il porté par relativement peu de gens, mais bien réel conformément aux traditions du Nord. Attention toutefois à ce que l’élastique ne rompe pas !